mercredi 11 février 2009

Henri GIORDANO "AIGLE 4", ou "t'as ouvert l'essence???"


Pourquoi AIGLE 4??
Parcequ'en anglais, ça donne Eagle four....et il gueule vraiment fort...




Je vais le dompter ce moteur!





QUIZZ:
Sur cette photo prise en 1963:
a. Un acteur américain célèbre;
b. Le pilote d'apollo 13;
c. Un célèbre mécanicien pendant son service militaire.

dimanche 1 février 2009

lundi 26 janvier 2009

Michel LAGROT dit "MIKE"

Mike est un fier pilote de Jojo!!!





Mais, Mike voyage partout dans le monde:


Il fait du T6 à Kissimmee en Floride....














ou du Traveler E4000 de 1929 à Oshkosh...

dimanche 18 janvier 2009

Yoan, le tchetchen !!!!


L'ange gardien de nos avions!!!!


samedi 17 janvier 2009

"PINPON"


Vol avec "ZAF" à bord de l'oiseau.

dimanche 11 janvier 2009

mardi 6 janvier 2009

Olivier "ZAF" ZAFRILLA

Dans le ménestrel.


Dans le Cub de l'aéroclub Bertin de Chavenay.

Dans le Jodel D-119 F-BIUI....



Dans le mauboussin avec Thierry de Boisvillier pas loin dans le ménestrel.


vendredi 30 mai 2008

Alexandre KRATZ, pilote instructeur FAA, ATPL.


Alexandre est pilote instucteur FAA, ATPL, 2850 heures de vol.
son site:

dimanche 13 janvier 2008

Lois COUDERC président fondateur de l'APCAP.


Monsieur COUDERC Loïs,
Président d’honneur de l’APCAP :

Né le 16 Novembre 1913 à FIRMINY (Loire), il nous a quitté le 23 avril 2008.

Une carrière de Pilote: De l’aéronavale à la ligne :

-Pilote dans l’aéronavale sur Laté 298 ;


























Instructeur à l’Ecole Nationale de Saint Yan jusqu’à un grave crash en décembre 1951 ;

-A partir de 1953, pilote de DC3 à la compagnie « Aigle Azur » en Indochine. ;
-Réquisitionné pour le ravitaillement des postes militaires français ;
-Ravitaillement, évacuation de blessés au commandes de son Dakota pendant la bataille de Dien Bien Phu ;
-Pilote de ligne pour la compagnie UTA sur DC6. Il assure en particulier les liaisons France- Sud Vietnam.






























Acteur remarquable du monde associatif :
-Fondateur de la société nautique du Brusc ;
-Pilote d’aéroclub ;
-Pilote en club de vol à voile ;
-Fondateur de l’APCAP ;
-Président du comité Olympique du var jusqu’en 1986 ;

Un carnet de vol bien rempli :

-5677 heures de vol
-Avions pilotés entre autres :
Dans l’aéronavale : Laté 298 ; Dewoitine 520…
Comme pilote de ligne : Dakota ; DC6…
Et aussi: Stampe ; Bucker ; Auster

Commentaire de François WALTIS:
les circonstances furent telles, qu'il ne pu jamais profiter du CNRA qu'il avait construit à l'APCAP, un oiseau J3 jaune qu'il ne décolla qu'une seule fois , mais combien d'annecdotes ne m'a t'il raconter sur ces vols en extréme orient dont entre autre les percées d'attero sans visi sur la piste de Dien Bien durant l'assaut viet ou il chargeait les bléssés jusqu'aux tous derniers jours d'existence du camp retranché, les pistes improvisées en latérite, stabilisées par un tressage de bambou pour supporter les DC 3
Adieu Lois







vendredi 19 janvier 2007

Maurice COSTILLE






Oscoda (Michigan) - 14 Septembre 1944.
(Costille: 10° debout à partir de la gauche)
Debout :
Henri Mouries - Lucien Abadie - André Erard - René Leblanc - Jean Bourdeau de Fontenay - Marcel Lacampagne - Antoine Fabby - Jacques Menard - Roger Besse - Maurice Costille - Edmond Gilles - René Valentin - Roger Coutu - Guy Dhuismes - Jacques Malleville - René Coppin - François Andrieux.
Assis : Roger Guirao - Franck Bardou - Philippe Roumet - Guy Brunet - Georges Seguier - Major Griffin (Instructeur US) - Jean D'Irrumberry De Salaberry - André Pujol - Georges Bouchard - Paul Massiani - Jean JacquesDeschepper.
Craig Field (Alabama) - Graduation du 4eme détachement (Monomoteur) - 15.04.1944.
( Par ordre alphabétique )
Lucien Abadie (P-47) - Pierre Alphen - François Andrieux (P-47) - Pierre Ardouin - Franck Bardou - Roger Besse (P-47) - Georges Bouchard (P-47) - Jean Bourdeau de Fontenay (P-47) - Henri Catteja - René Coppin (P-47) - Maurice Costille (P-47) - Roger Coutu (P-47) - Roland Daffos - Guy Dhuismes (P-47) - André Erard (P-47) - Antoine Fabby (P-47) - Jean Gaudin (P-47) - Edmond Gilles (P-47) - Roger Guirao (P-47) - Georges Jacquet - Marcel Lacampagne (P-47) - François Lassus (P-47) - Serge Lazarevitch - René Leblanc (P-47) - René Le Duff - François Lefebvre des Noettes - Jacques Malleville (P-47) - Paul Massiani (P-47) -Louis Mangeant (P-47) - Jean Menard (P-47) - Maurice Meuret - Henri Mouries (P-47) - André Pujol (P-47) - Jean Reynoard - Philippe Roumet (P-47) - Leonce Valente - Rolland Willaume (P-47).

Cycle complet ( 9 mois) de la formation de chasseur aux Etats-Unis.

Ground School à Graig Field à Selma (Alabama).
1à 2 mois : Cours théoriques, langue et aéronautique.

Primary School à Van de Graf Field Tuscalosa (Caroline du sud).
Instruction en vol sur PT-17. 80 heures de vol et premier solo (40% des élèves éliminés et dirigés vers d'autres spécialisations : navigant, mitrailleur, radio, mécanicien.

Basic School : à Gunter Field (Alabama) prés de Montgomery. 80 heures sur T-6 et BT-13 Vultee.
voltige, patrouille à 3, navigation et vol de nuit (15% d'élimination). C'est à ce moment que sont choisis les élèves qui iront en école de chasse ou de bombardement.(Turner Field en Georgie sur B-25 Mitchell).

Advanced School : Chasse à Craig Field (Alabama) :
Toujours sur T-6 et BT-13-15 mais perfectionnement, VSV, combat aérien, tir réel sur cible au sol ou en vol et vol de nuit. A la fin de cette école les élèves (Graduated) recevaient leur ailes de pilote américain et français.

Operational Training Unit (OTU) à Oscoda ou Selfridge-Field (Michigan) ou encore à Dale-Mabry (Floride). Préparation aux unités de combat après 10 heures de P-40 pour s'initier aux chasseurs rapides, puis la transformation sur P-47.

Le sergent Costille participait au dernier combat du chef du 1/5 Champagne:
Ils sont quatre qui accompagnent leur chef : les lieutenants Muselli et Welwert, le sergent-chef Urhy, le sergent Costille.

Le dimanche 04 Fevrier 1945 le commandant Marin la Meslée décollait pour sa derniere mission. Voici le texte integral des échange radio lors de l'attaque finale.L'indicatif de sa patrouille est Marina, Tusso l'autre patrouille et Remedy le controle, les autres noms sont des noms propres. Voilà aucun autre commentaire n'est necessaire... - Allo, Marina, Mission 82, ici Remedy, votre objectif de bombardement est une portière de pont sur le Rhin à 5 km de Neuf-Brisach en C 825.417
- Allo, Remedy, compris C 825.417
- Allo, Marina, ensuite mitraillage des routes à l’ouest du Rhin entre Neuf-Brisach et Ensisheim
- Allo, Remedy, Vu
- Allo , Marina, ici Remedy, vous avez devant vous la mission 87 les 8 avions qui viennent de bombarder
- Allo, Remedy, je les vois. Ils sont tirés par la Flak.
- Allo, Remedy, un avion de la mission 87 vient de s’écraser au sol à 3 km au sud de Neuf-Brisach (1)
- Allo, Marina, ici Remedy, compris votre message
(le chef de la mission 87 aussi gravement touché. Il va se poser en campagne et signale une Flak dense et précise ‘)(2)
- Merci, Remedy, je prends de l’altitude
- Allo, Marina , ici Tessa , attention Flak
- Allo, ici Marina, a tous les avions prenez formation de bombardement, dégagement vers l’ouest. Attention, je pique.
- Allo, Remedy, bombardement terminé, quatre bombes au but. Flak toujours très dense
- Allo, Marina, compris pour bombardement , pouvez vous mitrailler ?
- Allo, Remedy, la mission est difficile. La visibilité est très mauvaise, voile de nuages à 300 mètres . je vais essayer.
- Allo, Marina, à tous les avions - Tessa , avec 3 avions, vous resterez en surveillance à 2000 mètres Musso, attaquez trois véhicules sur le pont au sud de Neuf-Brisach
- Vu j’attaque.
- Allo, ici , Marina, pour ma patrouille, nous passons sous les nuages pour attaquer véhicules sous la route
- Allo, Remedy, ici Marina , un camion en feu à la sortie nord de Rustenhart
- Compris, Marina, est-ce un camion d’essence ?
- Allo, Uhry, ici Marina, répondez moi .(3)
- Allo, Uhry, je vire à gauche pour une deuxième attaque
- Allo, ici Muso, attention barrage de flak moyenne Attention pour le pilote qui a le feu, sautez en parachute, oh… trop tard !
- Allo, ici Costille, c’est le commandant qui a le feu
- Allo, ici Muso rassemblement pour tout le dispositif.
- Allo, Marina , ici Remedy, donnez le résultat de votre mitraillage
- Allo, Remedy, il manque 2 avions , dont le commandant.
- Avion qui parlez, répétez le nom des pilotes abattus
- Allo, Remedy, ici , Muso,,le commandant Marin la Meslée s’est écrasé au sol, le commandant Marin la Meslée s’est écrasé au sol…


samedi 13 janvier 2007

Roland D'ALESSIO




d’ALESSIO ROLAND

Date de naissance/ 14-12-24…à BÔNE (Algérie)……

Brevet Avion N°640 de la ROYAL AIR FORCE Obtenu le 21-01-1943 en ANGLETERRE
Nombre d’heures env 20.100 h

Conversion armée de l’air 32997 du 5 novembre 1946

Brevet U.L.M N° 02 05 000 56 99 Date d’obtention :19 mai 1999




DISCOURS DE ROGER VALAIS AU SUJET DE ROLAND LE 25 JUIN 2005 LORSQUE NOUS AVONS HONORE NOS VIEILLES TIGES, Messieurs COUDERC, COSTILLE et d'ALESSIO.

Bien que n’étant sans doute pas le plus qualifié pour parler de Roland d’Alessio, j’ai été très fier et très honoré de l’entendre répondre ,il y a quelques jours, à quelqu’un qui paraissait surpris que nous nous embrassions. « Roger c’est un peu comme un fils ». Il est vrai que , je ne saurais dire,à quoi se rattache cet honneur mais de toutes façons personne ne devrait s’en offusquer car Roland a un Cœur « tellement gros comme ça » que pour ne pas être son ami il doit falloir être sacrément tordu.
Bien qu’il fût mon premier instructeur à l’Aéro-club du Var sur le Rallye MS 880 B FBXTI le 11 décembre 1977, je ne savais pas à l’époque qui était ROLAND. Nous étions donc « fort dépourvus ne sachant trop à quel saint nous vouer,ni à quelle porte frapper » lorsque nous avons décidé au Bureau de l’A.A.P de rendre un hommage à nos vieilles tiges. Ceci est également vrai pour nos amis Monsieur COUDERC et Monsieur COSTILLE . Ces hommes là sont d’une telle discrétion qu’il est difficile de raconter un peu de leur vie. .A vrai dire donc je n’en sais un peu plus sur Roland que depuis quelques jours, ayant joué un peu « de notre relation particulière » pour lui demander d’accepter de nous apporter la photocopie d’ une interview faite par un journaliste de « DIAGONAL » en 2004 et pour lui faire remplir par la même occasion notre petite fiche d’inscription de l’A.A.P. Richard CRAS nous avait donné aussi des éléments précieux, merci à lui. Roland est né en décembre 1924 ,à BÖNE en Algérie (81 ans bientôt et toujours prêt à monter dans une machine volante) je compte bien d’ailleurs avoir le plaisir et la fierté de le briffer « pauvre de moi » sur le skyranger de la section Handyflying de l’Aéroclub du Var .
Sa vocation , il l’aurait acquise à 16 ans lorsque son père,ébéniste, l’a emmené pour la première fois sur un terrain d’aviation. Je relève ses propres paroles « il y avait là un DEWOITINE 520, j’ai vu cet avion et je me suis dit :je serai pilote » et …… PILOTE il est devenu.
A 17 ans il est parti pour l’Angleterre , a suivi une formation dans la R.AF,(il est titulaire du brevet R.A.F.N° 640 GB du 21 janvier 1943,il venait d’avoir 18 ans)















Il est alors devenu pilote sur le formidable SPITFIRE a combattu contre les Messerchmitt 109 et autres avions allemands ;Il a deux victoires homologuées à son actif et sans doute deux autres, mais la guerre n’est pas son meilleur souvenir .




bien qu’il soit parti ensuite de 50 à 52 en Indochine puis de 60 à 62 en Algérie. Il dit lui-même (d’après l’article cité) « Descendre en rase- mottes, pour mitrailler une colonne ,ce n’est pas un exploit, çà…… » Par contre on retrouve le ROLAND avec le cœur gros comme ça, jouisseur du bonheur qu’il peut apporter aux autres.

















Ce fut le cas lors d’une mission de récupération d’un pilote crashé dans une rizière d’indochine puisque , dans l’article cité il dit « On a atterri en catastrophe,récupéré le pilote blessé,cassé un mur en redécollant et ramené le type à l’hôpital. Cà,ça fait plaisir !Là on a vraiment les tripes nouées ! »
Ces actions et beaucoup d’autres sans doute ,ignorées de nous pour la plupart, font que Roland serait bardé de médailles et de citations qu’on ne verra jamais , pas plus que sa Légion d’Honneur car Roland n’est pas homme à parader ni à se glorifier.
Il a fini sa carrière militaire en tant qu’instructeur sur Fouga en 1965 .Il paraît qu’il est parti se balader dans divers pays étrangers dont la Canada . Ensuite nous retrouvons le Grand Monsieur à notre service,
dispensant son savoir et ses conseils en tant qu’ instructeur sur les terrains d’Aéroclubs comme ceux de Limoges, de Cuers ,du Castellet ou il évolue dans toutes les positions au sein de l’aérobatic avec son compère Bertrand ARNOULD. Et puis, le revoilà ,de nouveau ,au milieu de nous évoluant avec son équipe de copains sur un légendaire T6 de sa jeunesse.Merci à toi ROLAND pour ton amitié, pour ta gentillesse pour les conseils que tu nous dispenses encore, si on a la modestie de te les demander , car comme les Grands Hommes de l’Histoire tu ne t’imposes jamais.

Roger Vallais
















Var: deux morts dans le crash d'un avion de collection
AP 06.12.2007 18:36
Luc Ristor, pilote de 44 ans, et son passager, Roland d'Alessio, ancien pilote de chasse de la Seconde guerre, âgé de 83 ans, sont morts jeudi midi dans le crash d'un avion de collection, un North American T-6, sur le plateau de Signes (Var), alors qu'ils étaient partis faire de la voltige, a-t-on appris de sources concordantes.
Les deux hommes volaient ensemble par passion et faisaient partie de l'association "Les ailes de l'aéro", basée sur l'aérodrome de Cuers, d'où l'avion avait décollé vers 11h30. Le T-6 est un avion mythique, datant de la Seconde guerre mondiale qui servait à l'entraînement des pilotes de chasse.
Le pilote "était aguerri. On ne comprend pas ce qui a pu se passer", a confié Alexis Giordana, président de l'association qui gère une partie de l'aérodrome de Cuers, à l'Associated Press.
Une habitante du plateau de Signes, témoin de l'accident, décrit "un avion qui volait en rase-mottes puis qui est parti en vrille, avant de piquer vers la forêt."
Selon les gendarmes du Var, un plan de vol avait été déposé régulièrement et les deux hommes étaient partis pour faire de la voltige. Une enquête technique a été confiée à la brigade de gendarmerie des transports aériens à Nice. AP